Electricité du Liban

Also in Le Monde Diplomatique this month, an in-depth analysis of the historical and current causes of the power cuts that provoke so many riots all over the country, by Eric Verdeil (CNRS): ‘Alors que la classe politique se passionne pour la répartition des postes ministériels dans un futur cabinet d’union nationale, les Libanais se demandent plutôt pendant combien de temps encore ils auront le courant. Les écarts territoriaux dans l’accès au service restent très importants : début 2008, selon L’Orient-Le Jour, Beyrouth reçoit quotidiennement 21 heures de courant, alors que la banlieue sud, à l’autre extrême, subit près de 10 heures de coupures. Tous les Libanais ne peuvent régler un abonnement au générateur qui pallie les délestages d’EDL, mais doivent régler des factures pour un courant toujours moins fréquent. Le secteur productif est aussi très lourdement pénalisé. L’électricité devient donc le symbole des fossés qui se creusent au Liban entre régions, entre classes sociales, entre confessions.’

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s